Montérégie Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montérégie
Image illustrative de l’article Montérégie
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec  Québec
Statut Région administrative
MRC et TE Acton
Agglomération de Longueuil
Beauharnois-Salaberry
Brome-Missisquoi
Le Haut-Richelieu
Le Haut-Saint-Laurent
La Haute-Yamaska
Les Jardins-de-Napierville
Marguerite-D'Youville
Les Maskoutains
Pierre-De Saurel
Roussillon
Rouville
La Vallée-du-Richelieu
Vaudreuil-Soulanges
Nombre de municipalités 177
Ministre responsable Christian Dubé
Fuseau horaire Heure de l'Est
Indicatif téléphonique +1 450 et +1 579
Code géographique 16
Démographie
Gentilé Montérégien(ne)
Population 1 508 127  hab. ()
Densité 128  hab./km2
Variation 2009-2014 3 64 %
Géographie
Altitude Min. 1  m
Max. 962  m
Superficie 11 788  km2
– incluant eau 11 853  km2
Économie
PIB régional 51 909  M CAD (2014)
Taux d'activité 67,0 % (2012)
Taux de chômage 6,5 % (2012)
Sources
http://www.stat.gouv.qc.ca

La Montérégie est une région administrative du Québec délimitée à l'ouest par la région de Montréal et à l'est par les régions de l' Estrie et du Centre-du-Québec. Elle s'étend du fleuve Saint-Laurent jusqu'à la frontière avec les États-Unis. Son nom vient des collines montérégiennes, presque toutes situées sur son territoire. La Montérégie se compose de 15 municipalités régionales de comté (MRC), de 177 municipalités locales et 2 réserves indiennes.

Toponymie

Le toponyme Montérégie, comme le terme montérégien pour désigner l'ensemble des collines de la région, provient de la forme latinisée du mont Royal, soit mons regius. Le mont Royal sur l' île de Montréal, bien qu'à l'extérieur de la région de la Montérégie, est l'une des collines montérégiennes. Ce terme pour nommer cet ensemble de collines dans la plaine du Saint-Laurent a été créé initialement en 1903 en anglais par le géologue Frank Dawson Adams pour désigner une nouvelle province pétrographique [1]. Outre le mont Royal, deux autres collines montérégiennes ne sont pas situées en Montérégie : le mont Mégantic en Estrie et les collines d'Oka dans les Basses-Laurentides.

Géographie

Carte des MRC et TE de la région

Sont repartis sur son territoire, en ordre d'importance : les terres agricoles (53,5 %), les forêts (27,4 %), les surfaces artificielles (9 %), les eaux (6,1 %) et finalement les milieux humides (4 %) [2].

Situation

La Montérégie est située immédiatement au sud de la région de Montréal, à mi-chemin vers les États-Unis. Sa superficie s'étend sur 11 852  km2, dont 11 112  km2 qui sont terrestres [2], soit moins de 1 % du territoire québécois. Région administrative la plus populeuse après Montréal, la Montérégie est également reconnue pour être le « grenier du Québec », avec ses terres fertiles et plus de la moitié de son territoire consacré à l'agriculture [3].

Elle est bordée à l'ouest par la province canadienne de l' Ontario, au sud par les états américains de New York et du Vermont, au nord par les régions administratives de Montréal, des Laurentides et de Lanaudière, puis à l'est par les régions administratives de l' Estrie et du Centre-du-Québec.

Relief

La topographie de la Montérégie est caractéristique des basses-terres du Saint-Laurent. Son altitude moyenne est plus basse que la majorité des autres régions du Québec, ce qui en fait un territoire très fertile. Le long du fleuve Saint-Laurent et de la vallée de la rivière Richelieu, l'altitude ne dépasse jamais les 50 mètres. La monotonie de son paysage très plat est toutefois rompue par la présence remarquée des collines Montérégiennes, une série d' inselbergs alignés d'est en ouest. Les environs du mont Brome et du mont Shefford forment un piémont des Appalaches, une zone de transition vers l' Estrie [4]. L'extrême sud et le sud-est sont les secteurs les plus élevés de la région, à la lisière des Adirondacks et des montagnes Vertes.

L'altitude minimale est de 1  m au lac Saint-Pierre et s'élève jusqu'à 962  m au sommet Rond ( monts Sutton) [5].

Hydrographie

La rivière Richelieu traverse la Montérégie dans son intégralité, du nord au sud. La région était jadis recouverte par la mer de Champlain. Le Richelieu en est l'héritier, en reliant toujours le lac Champlain au fleuve Saint-Laurent. Son bassin versant est délimité par les deux autres principaux cours d'eau de la Montérégie : la rivière Yamaska (à l'est) et la rivière Châteauguay (à l'ouest). Au nord, le fleuve Saint-Laurent constitue sa principale frontière, sans oublier la rivière des Outaouais pour la portion touchant la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges.

À l'exception notable du lac Champlain et de sa baie Missisquoi, la région ne comporte aucun plan d'eau d'importance. On en retrouve toutefois quelques uns dans les secteurs de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi, dont le plus vaste est le lac Brome (15 km²).

Histoire

Préhistoire et premiers habitants

La région immerge après la disparition de l' inlandsis laurentidien et le retrait de la mer de Champlain, à la suite de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans.

Les premières traces d'occupation humaine remontent à 6500  av. J.-C., à la tête du lac Saint-François, à une époque où des Paléoaméricains atteignent la Montérégie dans leur chasse du caribou. À mesure que la région se réchauffe, la végétation passera de la toundra à une forêt dominée par les feuillus, et ce depuis environ 5 000 ans [6].

Le site de Pointe-du-Buisson est fréquenté par les Amérindiens durant plusieurs siècles. Vers l'an 500, la pêche occupe de plus en plus de place sur la chasse. Vers l'an 1000, la croissance de la population et la baisse du gibier fait entrer la région dans le Sylvicole supérieur, ouvrant la voie à la sédentarisation et l' agriculture.

Les Iroquoiens du Saint-Laurent établissent des hameaux et des villages à l'intérieur des terres, comme Droulers-Tsiionhiakwatha, vers 1450, où ils cultivent le maïs, les courges et les haricots [7].

Colonisation européenne

Le fort Chambly, érigé au milieu du XVIIe siècle pour défendre la colonie des attaques iroquoises.

Début XVIIe siècle, les Français débutent la colonisation de la vallée du fleuve Saint-Laurent et s'allient politiquement et économiquement avec les Wabanakis ( Confédération Wabanaki) qui y résident. Ces derniers sont en relative conflit avec les Mohawks de la Confédération iroquoise, établie plus au sud, alliée pour sa part aux Britanniques.

L'actuelle région de la Montérégie, à la frontière entre ces deux groupes, devient une zone d'affrontement. Plusieurs forts ( Chambly, Richelieu, Saint-Jean) seront construits pour protéger la colonie française. Les guerres franco-iroquoises débutent par la bataille du lac Champlain en 1609, s'intensifient dans les années 1660 avec la mobilisation du régiment de Carignan-Salières, et se terminent uniquement en 1701 avec le traité de la Grande Paix de Montréal.

Malgré le fort potentiel de la région, ces troubles ont nuit à la colonisation et la population vit essentiellement dans les seigneuries concédées près du fleuve, face à Montréal : Longueuil (1657), Boucherville et La Prairie (1667). À la Conquête britannique, la Montérégie compte environ 9 000 habitants, soit 13% de la colonie [8].

La coupe commerciale de la forêt débute dans les années 1720 et on retrouve au moins 13 scieries dans la région avant 1760. Néanmoins, c'est l' agriculture qui est et qui restera la principale activité économique : la surface défrichée passe 7  km2 en 1681 à près de 100  km2 en 1739, puis environ 5 000  km2 en 1850. À la fin des années 1760, des centaines de familles acadiennes exilées plus tôt en Nouvelle-Angleterre, rejoignent la Montérégie et s'établissent dans «  La Cadie ». Toutefois, c'est principalement aux colons loyalistes britanniques qu'on réserve toutes les terres non défrichées de la région, qui sont désormais divisées en cantons plutôt qu'en seigneuries. La forte fécondité des Canadiens de souche permet toutefois de conserver une hégémonie francophone en Montérégie, comparativement aux Cantons-de-l'Est [9].

Conflits et développement

Protestations contre l'autorité britannique à Saint-Charles-sur-Richelieu, lors de l' Assemblée des six-comtés en 1837.
Granby en 1883.
Longueuil en 1923, peinture de Maurice Cullen.

Durant l' invasion américaine du Québec en 1775, les États-Unis s'emparent brièvement des forts Saint-Jean et Chambly. À leur deuxième tentative, en 1813, les Américains sont de nouveau arrêtés en Montérégie grâce aux troupes des Voltigeurs canadiens lors de la bataille de la Châteauguay. Bien que la Montérégie soit géographiquement frontalière des États-Unis, c'est surtout grâce à la rivière Richelieu, une voie navigable jusqu'au lac Champlain, qu'elle peut en tirer un avantage. Au début du XIXe siècle, de petits paquebots assurent une liaison entre la colonie et le voisin américain. L'ouverture des canaux Champlain (1823) puis Érié (1825), du côté américain, va toutefois orienter une grande partie du commerce vers les Grands Lacs. Du côté montérégien, la construction du canal de Chambly permet le développement du sud de la région en lui donnant accès au Saint-Laurent [10], [11].

Au sein du Bas-Canada, la Montérégie est divisée en sept comtés : York, Huntingdon, Kent, Surrey, Richelieu, Bedford et William-Henry. Le poids démographique de la région lui confère le quart de la députation de la Chambre d'assemblée du Bas-Canada. Elle fait élire plusieurs des membres du Parti canadien, lequel revendique plus de pouvoir aux élus et moins au gouverneur, lequel favorise toujours les ambitions et intérêts britanniques avant ceux de la population canadienne française. Plusieurs assemblées de protestation se déroulent dans la région, dont l' Assemblée des six-comtés à Saint-Charles-sur-Richelieu. La Montérégie sera le principal théâtre de la Rébellion des Patriotes.

L' accroissement naturel important permet à la Montérégie de devenir la région la plus peuplée du Québec en 1850. Cette forte natalité rurale pose problème dans la nouvelle dynamique de la Révolution industrielle. Un quart de million de Montérégiens partent vers les villes industrielles de la Nouvelle-Angleterre pour y former une importante diaspora. La Politique nationale permet enfin le développement manufacturier dans les domaines du textile, du tabac et du caoutchouc. Des villes comme Salaberry-de-Valleyfield, Saint-Jean-sur-Richelieu, Granby et Saint-Hyacinthe en profitent [12]. À partir de 1945, la démocratisation de l'automobile transforme le nord de la Montérégie en banlieue résidentielle du Grand Montréal.

Histoire récente

En 1988, la Montérégie est divisée en 15 municipalités régionales de comté. Lors du référendum québécois de 1995, les Montérégiens votent majoritairement en faveur de l' indépendance du Québec.

En 1998, la crise du verglas affecte particulièrement la Montérégie, située dans le « triangle noir ».

En 2001, le processus québécois de réorganisation municipale fait naître l' agglomération de Longueuil, la troisième agglomération du Québec.

En 2004 le Conseil régional de développement de la Montérégie est remplacé par trois conférences régionales des élus : la Montérégie-Est, la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent et l' agglomération de Longueuil, lesquelles sont dissoutes en 2015.

En 2011, la région est l'objet d' importantes inondations le long de la rivière Richelieu.

Démographie

Principales villes

Dix villes les plus populeuses de la Montérégie (2016)
Longueuil 2011.jpg
Longueuil
Centre-Ville Saint Jean sur Richelieu.JPG
Saint-Jean-sur-Richelieu
Granby-Rue Principale-1.jpg
Granby
Ville Municipalité régionale de comté Population
St-Hyacinthe Portes des Maires 2006.JPG
Saint-Hyacinthe
Châteauguay - vue aérienne 20170816-01.jpg
Châteauguay
Eglise-St-Hilaire1.jpg
Mont-Saint-Hilaire
1 Longueuil Agglomération de Longueuil 239 700
2 Saint-Jean-sur-Richelieu Le Haut-Richelieu 95 114
3 Brossard Agglomération de Longueuil 85 721
4 Granby La Haute-Yamaska 66 222
5 Saint-Hyacinthe Les Maskoutains 55 648
6 Châteauguay Roussillon 47 906
7 Boucherville Agglomération de Longueuil 41 671
8 Salaberry-de-Valleyfield Beauharnois-Salaberry 40 745
9 Belœil La Vallée-du-Richelieu 22 458
10 Mont-Saint-Hilaire La Vallée-du-Richelieu 18 585

Population

Évolution démographique
1713 1760 1791 1831 1851 1861 1871 1881 1891
2 4169 00033 000160 000253 683283 543264 187271 914265 647
1901 1911 1921 1931 1941 1951 1961 1971 1981
256 321261 710272 265292 829330 341446 169631 885832 7301 058 617
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016 - -
1 089 4221 198 1871 255 9201 276 4121 357 7201 442 4331 507 070--

En 2014, la Montérégie compte une population de 1 508 127 habitants. La densité de population est de 135,7 habitants par kilomètre carré [13].

Superficie en terre ferme (2013) 11 111 km²
Densité de population (2014) 135,7 hab./km²
Population totale (2014) 1 508 127 hab.
 0-14 ans 246 546 hab.
 15-24 ans 182 914 hab.
 25-44 ans 386 116 hab.
45-64 ans 442 134 hab.
65 ans et plus 250 417 hab.
Solde migratoire interrégional (2013-2014) 4 928 hab.
Perspectives démographiques

(variation de la population 2036/2011)

21,1 %
Emplois (novembre 2015)¹ 786,8 k
Taux d'activité (novembre 2015)¹ 66,9 %
Taux d'emploi (novembre 2015)¹ 62,8 %
Taux de chômage (novembre 2015)¹ 6,2 %
Taux de faible revenu des familles (2012) 6,8 %
Revenu disponible par habitant (2013) 28 115 $
PIB aux prix de base par habitant (2014) 34 419 $
Secteur manufacturier

(variation des revenus découlant des biens fabriqués 2012/2011)

1,9 %

Source : Institut de la statistique du Québec

Administration

Carte des municipalités de la Montérégie
Carte des municipalités régionales de comté de la Montérégie

La région de la Montérégie est composée de 177 municipalités locales réparties dans 15 municipalités régionales de comté (MRC). Elle comporte également 2 réserves amérindiennes ( Akwesasne et Kahnawake).

Municipalités régionales de comté ou territoires équivalents de la Montérégie
Nom Chef-lieu Population
(2016)
Superficie terrestre
(km2)
Densité
(hab./km2)
Acton Acton Vale 15 594 579,80 26,9
Beauharnois-Salaberry Beauharnois 64 320 471,26 136,5
Brome-Missisquoi Cowansville 58 314 1 652,08 35,3
La Haute-Yamaska Granby 88 306 636,81 138,7
La Vallée-du-Richelieu McMasterville 124 420 588,60 211,4
Le Haut-Richelieu Saint-Jean-sur-Richelieu 117 443 936,02 125,5
Le Haut-Saint-Laurent Huntingdon 22 454 19,1 1 173,51
Les Jardins-de-Napierville Saint-Michel 27 870 34,7 803,07
Les Maskoutains Saint-Hyacinthe 87 099 1 302,90 66,9
Longueuil Longueuil 415 347 282,21 1 471,8
Marguerite-D'Youville Sainte-Julie 77 550 346,04 224,1
Pierre-De Saurel Sorel-Tracy 51 025 597,55 85,4
Roussillon Saint-Constant 171 443 423,82 404,5
Rouville Marieville 36 536 483,12 75,6
Vaudreuil-Soulanges Vaudreuil-Dorion 149 349 855,56 174,6
Région 1 507 070 11 132,34 135,4

Politique

Ministre responsable

Liste des ministres responsables de la Montérégie
Années Député Parti
     2003 - 2008 Jean-Marc Fournier Parti libéral du Québec
     2008 - 2012 Nicole Ménard
     2012 - 2014 Marie Malavoy Parti québécois
     2014 - 2016 Pierre Moreau Parti libéral du Québec
     2016 - 2018 Lucie Charlebois
     2018 - en cours Christian Dubé Coalition avenir Québec

Circonscriptions électorales

Circonscriptions électorales provinciales

La Montérégie représente la deuxième entité politique qui envoie le plus de députés à l' Assemblée nationale du Québec après la région de Montréal. Elle est composée de 23 circonscriptions provinciales :

Circonscriptions électorales fédérales

La Montérégie représente la deuxième région du Québec qui envoie le plus de députés à la Chambre des communes du Canada après la région de Montréal. Elle est composée de 15 circonscriptions fédérales :

Économie

Surnommée le « garde-manger du Québec » la région de la Montérégie occupe une place stratégique dans la production et la transformation des aliments, notamment en raison de ses sols et de ses climats favorables à la culture [14]. En tout, les secteurs de la production de biens, des services et le tourisme occupent aussi une importante part du marché et des emplois de la région [15]é.

  • PIB total (2014) 51 908,6 M$ [16] (2 de 17)
  • Revenu disponible moyen par habitant [17] (2013) - 26 112 $

Santé

La région de la Montérégie es découpée en trois territoires de Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS).

CISSS Montérégie-Est

CISSS Montérégie-Centre

CISSS Montérégie-Ouest

Références

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Liens externes