Langues sino-tibétaines Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Langues sino-tibétaines
Région Asie
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 sit
Carte
Langues Sino-tibétaines (en couleur) : .mw-parser-output .legende-bloc-centre{display:table;margin:0 auto;text-align:left}.mw-parser-output .legende-bloc ul li{font-size:90%}.mw-parser-output .legende-bloc-vertical ul li{list-style:none;margin:1px 0 0 -1.5em}.mw-parser-output .legende-bloc-vertical ul li li{list-style:none;margin:1px 0 0 -1.0em}
Langues Sino-tibétaines (en couleur) :

Les langues sino-tibétaines sont une famille de langues originaires d' Asie ( Asie de l'Est, Asie du Sud-Est, Asie centrale, Asie du Sud). Elle regroupe les langues chinoises (10 langues et 1,35 milliard de locuteurs) et les langues tibéto-birmanes (330 langues pour 70 millions de locuteurs).

L'idée de ce groupement date de la fin du XIXe siècle et les recherches sont encore balbutiantes. Le rapprochement se fait surtout entre les langues tibéto-birmanes et le chinois archaïque.

Le terme de « langues sino-tibétaines » est sujet à controverse par l'absence d'accord sur la structure de l'arbre (Van Driem), et par le manque de références écrites du tibétain ancien, car si l' écriture chinoise a plus de 3 500 ans, les écritures tibétaines n'en ont que 1 500, l' écriture tibétaine ayant été créée au VIIe siècle, par une adaptation du devanagari, alphasyllabaire indien

Histoire

Au début du xxie siècle, deux théories contradictoires avaient cours [1] :

  • la langue ancestrale (le proto-sino-tibétain) aurait son origine dans le nord de la Chine il y a 4 à 6 milliers d'années [2], [3] ;
  • elle serait apparue dans le sud-ouest de la Chine ou le nord-est de l' Inde il y a environ 9 000 ans [4], [5].

En 2019, une étude associant la linguistique, la génétique des locuteurs actuels, la bio-informatique, l' archéologie, l' anthropologie et l'histoire de l'agriculture conclut que les langues sino-tibétaines sont nées dans le nord de la Chine il y a environ 5 900 ans [1], [6]. Un autre étude suggère l'expansion des langues sino-tibétaines au néolithique depuis une communauté de cultivateurs de mil du nord de la Chine, il y a environ 7200 ans [7].

Classification

Vocabulaire comparé

Adjectif numéraux sino-tibétain
gloss chinois archaïque [8] tibétain ancien [9] Birman ancien  (en) [9] Jingpho [10] Garo [10] Limbou [11] Kinnauri  (en) [12]
un *ʔjit ac id
*tjek seul gcig tac thik
deux *njijs gnyis nhac gin-i nɛtchi niš
trois *sum gsum sumḥ mə̀sūm git-tam sumsi sum
quatre *sjijs bzhi liy mə̀lī bri lisi pə:
cinq *ŋaʔ lnga ṅāḥ mə̀ŋā boŋ-a nasi ṅa
six *C-rjuk drug khrok krúʔ dok tuksi țuk
sept *tsʰjit khu-nac sə̀nìt sin-i nusi štiš
huit *pret brgyad rhac mə̀tshát cet yɛtchi rəy
neuf *kjuʔ dgu kuiḥ cə̀khù sku sgui
dix *gjəp kip [13] gip
bcu chay shī ci-kuŋ səy

Connexions proposées

Le chercheur Laurent Sagart propose d'inclure dans un ensemble «  sinotibétain-austronésien  (en) » (STAN) les langues sinotibétaines d'une part, et les langues austronésiennes (dans lesquelles il propose d'inclure les langues tai-kadai) d'autre part. Les langues austronésiennes, dont l'aire d'extension est exceptionnelle (de Madagascar jusqu'à l'île de Pâques) sont toutes originaires de Taïwan.

Des langues telles que le vietnamien ( austroasiatique) ont acquis des mots communs, par emprunt, du fait de sa proximité et de son intégration temporaire à l'empire chinois ; au-delà de ces emprunts, une origine commune a été avancée, mais reste hypothétique (conjecture « est-asienne » de Starosta-Sagart).

Notes et références

  1. a et b (en) Randy J. LaPolla, « The origin and spread of the Sino-Tibetan language family », Nature, vol. 569,‎ , p. 45-47 ( DOI  10.1038/d41586-019-01214-6).
  2. (en) R. J. LaPolla, « The role of migration and language contact in the development of the Sino-Tibetan language family », dans A. Y. Aikhenvald et R. M. W. Dixon, Areal Diffusion and Genetic Inheritance: Problems in Comparative Linguistics, Oxford University Press, , p. 225-254.
  3. (en) D. Bradley, « Subgrouping of the Sino-Tibetan languages », 10th International Conference on Evolutionary Linguistics, Université de Nanjing,‎ ( lire en ligne).
  4. (en) G. van Driem, « Trans-Himalayan », dans T. Owen-Smith et N. W. Hill, Trans-Himalayan Linguistics. Historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, de Gruyter, ( lire en ligne [PDF]), p. 11-40.
  5. (en) R. J. LaPolla, « Once again on methodology and argumentation in linguistics. Problems with the arguments for recasting Sino-Tibetan as “Trans-Himalayan” », Linguistics of the Tibeto-Burman Area, vol. 39,‎ , p. 282-297 ( DOI  10.1075/ltba.39.2.03lap).
  6. (en) Menghan Zhang, Shi Yan, Wuyun Pan et Li Jin, « Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic », Nature, vol. 569,‎ , p. 112-115 ( DOI  10.1038/s41586-019-1153-z).
  7. Laurent Sagart et al., Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan DOI: 10.1073/pnas.1817972116
  8. Baxter (1992).
  9. a et b Hill (2012).
  10. a et b Burling (1983), p. 28.
  11. van Driem (1987), p. 32–33.
  12. Sharma (1988), p. 116.
  13. Yanson (2006), p. 106.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes