La Grande Évasion (film, 1963) Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Grande Évasion.
La Grande Évasion
Titre original The Great Escape
Réalisation John Sturges
Scénario James Clavell
W. R. Burnett
Paul Brickhill (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Mirisch Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Guerre
Durée 165 minutes
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Grande Évasion (The Great Escape) est un film américain de John Sturges sorti en 1963 d'après le récit de Paul Brickhill.

Avec, dans les rôles principaux, Steve McQueen, James Garner et Richard Attenborough, entre autres, les faits décrits dans le livre dont le film est tiré sont intégralement vrais. Ils se basent sur l'évasion massive du Stalag Luft III à Sagan (maintenant Żagań, en Pologne), dans la province de Basse Silésie.

Les personnages sont basés sur les vrais protagonistes de l'histoire mais, pour certains cas, ce sont des composites de plusieurs d'entre eux. Par ailleurs, de nombreux détails de la tentative d'évasion réelle ont été modifiés pour le film. En effet, le rôle du personnel américain dans la planification et l'évasion a été en grande partie fabriquée.

Le film est devenu très populaire et l'un des films les plus rentables de l'année, Steve McQueen remportant le prix du meilleur acteur au Festival international du film de Moscou [1] ; il est depuis considéré comme un classique du genre [2]. Le film est également remarquable pour sa scène de chasse à moto et sa célèbre scène de saut d'une barrière, considérée comme l’une des meilleures cascades jamais réalisées [3], [4], [5].

Synopsis

En 1943, durant la Seconde Guerre mondiale, des aviateurs britanniques, canadiens, australiens, polonais et américains qui ont déjà essayé de s'évader se retrouvent dans un camp de prisonniers de la Luftwaffe ( Stalag Luft III).

Les prisonniers profitent alors de leurs conditions de vie relativement confortables pour organiser une fuite collective (prévue pour 250 personnes) via un tunnel. 75 d'entre eux réussissent à s'enfuir avant que l'alerte ne soit donnée. Mais la plupart est repris et sommairement exécuté par les Allemands.

Fiche technique

Distribution

Production

Maquette du décor utilisé pour filmer La Grande Évasion qui décrit une version plus petite d'une des enceintes du Stalag Luft III. La maquette est maintenant au musée ou se trouvait le camp de prisonniers.

Inspiration

Ce film est une adaptation du récit du même nom de Paul Brickhill, lui-même interné au Stalag Luft III, où les évènements se déroulèrent. Lors de l'évasion qui a servi de base au scénario, il n'y avait qu'un seul Américain membre de l'armée britannique dans le camp, le major Johnnie Dodge, qui fut repris et envoyé à Oranienburg-Sachsenhausen. [ réf. souhaitée]

Distribution des rôles

L'affiche du film fut l'une des plus prestigieuses de l'époque avec une dizaine de stars d'envergure internationale. Le réalisateur John Sturges réussit même à reprendre trois comédiens (McQueen, Bronson et Coburn) qui avaient contribué au succès des Sept mercenaires en 1960.

Tournage

Le tournage se déroule du au mois d'. Le film fut tourné en Bavière et à Munich ainsi que dans les studios de Bavaria Film et dans la forêt allemande (la production a d'ailleurs dédommagé le gouvernement en achetant 2000 graines d'arbres pour repeupler la forêt abîmée par le tournage).

La moto Triumph Trophy TR6 utilisée par Bud Ekins dans le film.

Accueil

Le film a eu sa première mondiale le au Royal Leicester Square Odeon West End de Londres [8].

Avec plus de cinq millions de dollars de bénéfices, les recettes du film figurèrent parmi les records de l'époque. [ réf. souhaitée]

Récompenses et distinctions

Récompense

Nominations

À noter

  • Les Alliés, comme les Allemands, attachaient un grand prix pour la récupération de pilotes qualifiés dont la formation était coûteuse et longue. C'est pourquoi le maréchal Wilhelm Keitel ordonna l'exécution de ceux qui furent repris. Ce crime de guerre sera l'un des chefs d'accusation portés contre Keitel au procès de Nuremberg, pour lequel il sera condamné à mort et exécuté. [réf. nécessaire]
  • Le Stalag Luft III fut reconstitué pratiquement à l'identique de celui à l'origine [ réf. souhaitée]. Il est aujourd'hui visible à Żagań, en Pologne occidentale, non loin de la frontière allemande. Un musée y relate l'histoire des Stalag.
  • La moto conduite par Steve McQueen, une Triumph Trophy TR6 de 1961, est presque la même que celle de Fonzie dans la série télévisée Happy Days, une TR5 de 1949.
  • C'est Steve McQueen qui est parvenu à imposer sa marque favorite sur le film, Kenny Howard ayant la tâche de la faire ressembler à une BMW [10].
  • Toutes les cascades à moto ont été réalisées par Steve McQueen lui-même, sauf une : à la frontière suisse, c'est le cascadeur Bud Ekins  (en) qui réalise le saut de 3,70 mètres de haut et 20 mètres de long (c'est d'ailleurs Ekins qui fournira la TR5 de Fonzie). La scène fut réalisée en une seule prise. Steve McQueen ira même jusqu'à piloter une autre moto dans cette scène, en jouant le rôle d'un poursuivant allemand. [ réf. souhaitée]
  • Lorsque James Coburn est assis au bistrot, il lit le journal Libération, à l'époque un journal issu de la Résistance française et qui donc ne se lisait pas ouvertement.
  • Dans le film, la frontière suisse est matérialisée par des barbelés en pleine campagne de Haute-bavière (Allemagne). En réalité, la frontière entre la Haute-bavière et la Suisse se situe sur le lac de Constance (Bodensee) à Nonnenhorn, Lindau am Bodensee et Lochau ( frontière Germano-Autrichienne), et proche de la petite ville de Sankt Margrethen (Suisse, canton de Saint-Gall). [ réf. souhaitée]
  • Les films d'animation Chicken Run et Toy Story 3 s'inspirent de ce film pour le concept de l'évasion.
  • Un téléfilm américain, La Grande Évasion 2 (The Great Escape II : the untold story) (1988), avec Christopher Reeve dans le rôle principal, propose une suite : des rescapés traquent les auteurs du massacre final pour les traîner devant un tribunal.

Notes et références

Notes

  1. a b c d e f et g Non crédité au générique

Références

  1. (en) « 1963 year » [ archive du ], Festival international du film de Moscou (consulté le 3 décembre 2017)
  2. (en) Bruce Eder, « Review: The Great Escape », sur AllMovie, Macrovision Corporation, (consulté le 14 octobre 2009)
  3. (en) Derek Adams, « The Great Escape » [ archive du ], sur Time Out magazine (consulté le 3 décembre 2017)
  4. (en) Wook Kim, « Top 10 Memorable Movie Motorcycles – The Great Escape », Time,‎ ( lire en ligne[ archive du ])
  5. (en) Sinclair McKay, « The Great Escape: 50th anniversary », The Daily Telegraph,‎ ( lire en ligne[ archive du ])
  6. (en) « The Great Escape », sur The Numbers, 21 février 2011.
  7. « La Grande Evasion », sur Jp's Box-office, 21 février 2011.
  8. (en) « The Great Escape, premiere », The Times, London,‎ , p. 2
  9. (en) « 1963 Award Winners », sur http://www.nationalboardofreview.org/
  10. Maroussia Dubreuil, « La Moto de Steve McQueen », So Film, no 38,‎ , p. 17.

Liens externes