Confédération syndicale internationale Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crystal128-fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation,  etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CSI.
Confédération Syndicale Internationale
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Syndicat
Zone d’influence Monde entier
Fondation
Fondation
Identité
Siège Bruxelles ( Belgique)
Président Drapeau du Brésil João Antonio Felicio
Vice-président Drapeau de la Belgique Luc Cortebeeck
Drapeau du Brésil Nair Goulart
Secrétaire général Drapeau de l'Australie Sharan Burrow
Membres 176 000 000 dans 151 pays ( 2010)
Site web http://www.ituc-csi.org/

La Confédération syndicale internationale (CSI, (en) International Trade Union Confederation (ITUC), (de) Internationaler Gewerkschaftsbund (IGB)) est la première organisation internationale syndicale en termes d'organisations affiliées et d'adhérents. Elle a été fondée en 2006. Cette confédération internationale est issue de la mouvance anti - communiste du mouvement syndical, mais compte en son sein des confédérations syndicales auparavant considérée comme ‘radicales’ et proches du mouvement révolutionnaire, dont la CGT française.

Historique

La CSI est issue du rapprochement mené depuis les années 2000 entre la Confédération internationale des syndicats libres et la Confédération mondiale du travail et un « groupe de contact » d'organisations non affiliées rassemblant entre autres CGT française, CTA argentine et l' OPZZ polonaise. La troisième confédération syndicale internationale, la Fédération syndicale mondiale, qui a connu un reflux depuis la chute de l' Union soviétique jusqu’en 2005, reste à l'écart de ce rapprochement impulsé principalement par la mouvance anti-communiste du mouvement syndical international.

En janvier 2005, les secrétaires généraux de la CISL et de la CMT lancent à Porto Alegre le processus effectif de création de la CSI dont le congrès fondateur a eu lieu du 1er au 3 novembre 2006 à Vienne. Le 31 octobre 2006, la Confédération internationale des syndicats libres qui comptait 241 organisations affiliées dans 156 pays représentant environ 155 millions d’adhérents et la Confédération mondiale du travail (CMT) qui comptait 144 organisations affiliées dans 116 pays représentant environ 26 millions d’adhérents se dissolvent.

En 2011, elle regroupe environ 176 millions de travailleurs de 301 organisations réparties dans quelque 151 pays [1].

La confédération dont le siège est installé à Bruxelles a pour secrétaire général l’Australienne Sharan Burrow, qui a succédé en 2010 à l’Anglais Guy Ryder.

La CSI, qui se veut unitaire et pluraliste se déclare : ouverte aux centrales syndicales démocratiques, indépendantes et représentatives, dans le respect de leur autonomie et de la diversité de leurs sources d'inspiration et de leurs formes d'organisation [2].

Objectifs

La constitution d’une confédération plus puissante est selon ses artisans la réponse syndicale à la mondialisation de l’économie et du capital.

La nouvelle organisation disposera d’un poids plus important pour la poursuite des actions de lobbying auprès des institutions multilatérales telle que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) ou l’ Organisation mondiale du commerce (OMC), laquelle n’a jusqu’ici pas pris en compte les revendications de « clause sociale » portées par les syndicats.

La CSI a également pour objectif de se confronter aux entreprises multinationales et d’apporter son soutien partout où le syndicalisme indépendant est faible et réprimé. Elle envisage d’accentuer le rapprochement avec les autres organisations de la société civile, dont les ONG et de participer aux forums sociaux mondiaux [3].

Guy Ryder souligne que le mouvement syndical international a fait sa révolution sur les questions environnementales. « Il a fallu attendre 2004 pour que la CISL, l'ancêtre de la CSI, supporte le Protocole de Kyoto contre les gaz à effets de serre », surmontant l'opposition de l' AFL-CIO déclare Guy Ryder. « Il n'y a pas de consensus international entre tous les syndicats. [...] Notre agenda converge avec celui des ONG environnementales. À elles, de leur côté, de militer aussi pour la création d'emplois décents et durables pour les travailleurs autour du développement durable, sinon elles perdront le support de l'opinion [4]. »

Composition

Structures régionales

À sa création, la Confédération syndicale internationale regroupe 306 organisations syndicales actives dans 154 pays et représentant plus de 168 millions de travailleurs. Elle maintient des liens étroits avec la Confédération européenne des syndicats et elle a poussé les organisations régionales des anciennes CISL et CMT à fusionner en 2007 et 2008 pour former ses nouvelles organisations régionales.

Ces organisations sont :

Fédérations syndicales internationales

La plupart des Fédérations syndicales internationales étaient proches de la Confédération internationale des syndicats libres. Par le biais de la Commission syndicale consultative auprès de l'OCDE, et de l'animation en commun du site Globals Union, la CSI collaborent avec les 10 plus importantes fédérations syndicales internationales :

Confédérations membres

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

K

L

M

N

O

P

R

S

T

U

V

Y

Z

Nombre d'adhérents

175 393 021 adhérents répartis dans 151 pays en février 2011 [8].

Sources

  1. Réginald Harvey, « Confédération syndicale internationale - La voix des syndicats d'ici porte sur la scène mondiale », Le Devoir,
  2. [1] Le Monde édition du 31.10.06.
  3. [2] Nouvel Observateur édition du 01.11.06.
  4. Les syndicats ont fait leur révolution verte depuis Kyoto, interview de Guy Ryder par Christian Losson, Libération, 4 avril 2008
  5. [3]
  6. [4]
  7. CSI: LIST OF AFFILIATED ORGANISATIONS; Octobre 2011
  8. [5] Le nombre des adhérents des confédérations déclarés à la CSI

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :