Banque mondiale Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BM.
Banque mondiale
upright=Article à illustrer Organisation
Logotype de la Banque mondiale
World Bank building at Washington.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Sigles
(en) WB, BM Voir et modifier les données sur Wikidata
Type
Siège social
Washington (1818, H Street, 20433) Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Langues
Organisation
Président
David Malpass (depuis ) Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Organisation mère
Affiliation
Confederation of Open Access Repositories ( d) Voir et modifier les données sur Wikidata
Sites web
Identifiants
data.gouv.fr

La Banque mondiale (parfois abrégée BM) est une institution financière internationale qui accorde des prêts à effet de levier à des pays en développement pour des projets d'investissement.

La Banque mondiale comprend deux institutions - la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et l’ Association internationale de développement (IDA en anglais) - créées pour lutter contre la pauvreté en apportant des aides, des financements et des conseils aux États en difficulté [1].

La Banque mondiale est un sous-ensemble du Groupe de la Banque mondiale qui est constitué de 5 organisations financières internationales au total :

Le siège de la Banque mondiale se trouve à Washington D.C. La Banque mondiale est dirigée par un directeur général et présidée par le président du Groupe de la Banque mondiale. Tous deux sont élus par le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale.

Elle fait partie des institutions spécialisées du système de l' Organisation des Nations unies (ONU). Elle publie tous les ans une contribution sur un thème du développement dans son Rapport sur le développement dans le monde ( World Development Report ou WDR en anglais). C’est aussi un important employeur de chercheurs (un quart environ de ses 9 200 collaborateurs ont un doctorat) [2].

C'est le premier prêteur d’argent d'origine publique au monde [2]. En 2014, elle a accordé 65,6 milliards de dollars de prêts, dons, prises de participations et garanties, dont 20,9 milliards en Afrique et au Moyen-Orient. En 2018, elle a accordé à l'Inde 859 millions de dollars américains et à la Chine 370 millions de dollars américains, de prêts de la BIRD. [3], [4]

Histoire

Bâtiment du Groupe de la Banque mondiale à Washington.
Bâtiment du Groupe de la Banque mondiale à Washington.

Elle fut créée le sous le nom de Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) après signature des accords de Bretton Woods le . Le , elle approuva son premier prêt, qui fut accordé à la France pour un montant de 250 millions de dollars américains [5]. Au départ, John Maynard Keynes s'oppose à la création de la Banque mondiale, puis il se rallie à cette idée en réalisant le bénéfice que cette banque peut apporter à la reconstruction de la Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale [6].

La Banque mondiale a été créée principalement pour aider l' Europe et le Japon dans leur reconstruction, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais avec le mouvement de décolonisation des années 1960, elle se fixa un objectif supplémentaire, celui d'encourager la croissance économique des pays en voie de développement africains, asiatiques et latino-américains : ainsi, depuis 1945, l'Inde a bénéficié d'un montant cumulé de prêts de plus de 111 milliards de dollars, et la Chine, de 62 milliards [7].

Au départ, la Banque mondiale a principalement financé de grands projets d'infrastructures (centrales électriques, autoroutes, aéroports,  etc.). Avec le rattrapage économique du Japon et de l'Europe, la Banque mondiale s'est intéressée exclusivement aux pays en développement. Depuis les années 1990, elle finance aussi les pays postcommunistes.

L'appellation Groupe de la Banque mondiale désigne depuis juin 2007 cinq institutions [8] :

Les objectifs de la Banque mondiale ont évolué au cours des années. Elle a délaissé l'objectif unique de croissance économique et a récemment mis l'accent sur un objectif ambitieux : mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici à 2030, en abaissant le pourcentage de la population mondiale qui dispose de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre. Elle favorise aussi la création des très petites entreprises. Elle se focalise également sur des problématiques comme l'environnement, les pandémies ou la dette. Elle s'est récemment mobilisée en faveur du climat, et entend investir pour cette cause 200 milliards de dollars de 2021 à 2025. Elle a soutenu l'idée que l'eau potable, l'éducation et le développement durable sont des facteurs essentiels à la croissance économique, et a commencé à investir massivement dans de tels projets. En réponse aux critiques, la Banque mondiale a adopté une série de politiques en faveur de la sauvegarde de l'environnement et du social, visant à s'assurer que leurs projets n'aggravaient pas le sort des populations des pays aidés. En dépit de ces politiques, les projets de la Banque mondiale sont souvent critiqués par les organisations non gouvernementales (ONG) pour ne pas lutter efficacement contre la pauvreté, et négliger les aspects sociaux et environnementaux.

En 1981, la Banque mondiale publie un rapport sur le développement accéléré en Afrique subsaharienne, dit rapport Berg [9].

Selon la charte fondatrice, les prêts sont versés en fonction de considérations purement économiques, le régime politique du pays bénéficiaire n'étant pas pris en compte. Ce dernier point a cependant évolué depuis les années 2000, notamment grâce à l'influence de l'administration Bush : « L'idée selon laquelle des aides ne devraient être accordées à un pays en difficulté que sous certaines conditions relatives à l’utilisation de cette aide (en termes de bonne gestion, mais aussi de respect des droits de l’homme, par exemple) est maintenant largement admise [10]. »

La BIRD compte actuellement 189 pays membres [11]. Chaque année, elle publie un Rapport sur le développement dans le monde (WDR en anglais) chargé de rendre compte des résultats obtenus.

En février 2009, un rapport d'audit interne a indiqué que des employés de la banque avaient autorisé l'injection de fonds dans un projet immobilier en Albanie, mais que les informations qu'ils avaient utilisées étaient incomplètes ou sciemment faussées. Ce rapport a mis au jour différentes procédures fautives de la BM [12].

Rôle et missions

Après la reconstruction de l'Europe et du Japon, son action s'est progressivement orientée vers les pays en développement, et en particulier les pays les moins avancés (PMA), sur des axes comme l' éducation, l' agriculture, l'industrie, la santé… et plus récemment vers le climat et l'environnement.

La BM a pour mission de soutenir des projets innovant ou risqués que des investisseurs classiques n’oseraient pas financer, tels que des actions de reconstruction de zones dévastées par des conflits ou des catastrophes, ou encore la protection du climat et l’ adaptation au dérèglement climatique (ex irrigation au goutte à goutte alimentée par des modules photovoltaïques aidés au Niger). Rien qu’en 2018, l'IFC a aidé à hauteur d’environ 23 milliards de dollars des pays en développement [2].

En plus des prêts accordés, elle finance également (directement ou indirectement) des projets d' ONG, et conduit de nombreuses recherches en rapport avec le développement de chaque pays. Ainsi, c'est la Banque mondiale qui mesure l' Indicateur de développement humain (IDH) dans différents pays et zones géographiques, ou qui conduit avec l' Unicef des études thématiques sur l' eau et l' assainissement.

Actions pour le climat et l'environnement

En 2018, la BM a dépensé 67 milliards de dollars US dans le monde, dont pour l'atténuation des changements climatiques, la conservation des forêts, la santé publique et les universités. Fin 2018, elle a décidé de doubler ses prêts pour la lutte contre le changement climatique, les portant à 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025, conformément aux accords de Paris sur le climat [2].

Conditionnalité des aides

Elle accorde des prêts à des taux préférentiels à ses pays membres en difficulté. En contrepartie, elle réclame que des dispositions politiques (appelées « politiques d' ajustement structurel ») soient prises pour, par exemple, limiter la corruption, maintenir un équilibre budgétaire ou faciliter l'émergence d'une démocratie.

Fonctionnement de l'IDA

La Banque mondiale compte environ 10 000 employés dont environ la moitié travaillent sur des projets de l'IDA. Elle fonctionne en cycles triennaux (campagnes de trois ans) et distribue ses fonds sous forme de dons à hauteur de 20 %, le reste prenant la forme de prêts à taux d' intérêt faible ou nul. l'IDA a collecté plus de 52 milliards de dollars pour le cycle 2015-17 (IDA-17). En 2014, l'IDA a engagé plus de 22 milliards de dollars dans les pays en développement en suivant les priorités de l'IDA, à savoir l'intervention dans les pays les plus vulnérables (États fragiles), les infrastructures, l'intégration régionale et la résilience au changement climatique. En 2014, les cinq premiers emprunteurs étaient l’ Inde, le Pakistan, le Bangladesh, le Nigeria et l’ Éthiopie.

Présidence

Selon une règle tacite, le directeur du FMI est désigné par les gouverneurs européens alors que le président du Groupe de la Banque mondiale (GBM) est désigné par le gouvernement américain, les États-Unis étant le principal actionnaire de la Banque mondiale. Il est élu pour un mandat de 5 ans, renouvelable, par le conseil d'administration.

Le , Jim Yong Kim est désigné président du GBM et prend ses fonctions le suivant [13]. Il annonce publiquement sa démission le 7 janvier 2019. Son départ est jugé par certains comme mettant en péril le leadership financier de la banque pour le climat mondial [2]. Après une courte période d'intérim assurée par la directrice générale de la Banque mondiale Kristalina Georgieva, David Malpass, alors membre de l' administration Trump, devient le nouveau président du Groupe de la Banque mondiale le 9 avril 2019 [14].

Liste des présidents

Nom Période Notes
Eugene Meyer juin - décembre 1946
John J. McCloy mars 1947 – juin 1949
Eugene R. Black, Sr.  (en) 1949 – 1963
George D. Woods  (en) janvier 1963 – mars 1968
Robert McNamara avril 1968 – juin 1981
Alden W. Clausen  (en) juillet 1981 – juin 1986
Barber Conable  (en) juillet 1986 – août 1991
Lewis T. Preston septembre 1991 – mai 1995
James Wolfensohn juin 1995 – mai 2005
Paul Wolfowitz – 30 juin 2007
Robert Zoellick – 30 juin 2012
Jim Yong Kim - 31 janvier 2019 Démissionnaire
Kristalina Gueorguieva - Intérim
David Malpass Depuis le

Critiques

Protestation contre la Banque mondiale à Jakarta en Indonésie en 2004.

L'action de la Banque mondiale est souvent critiquée, cependant pour deux raisons opposées. D'une part, les gouvernements en place renâclent à prendre des mesures anti-corruption et à organiser de véritables élections. D'autre part, les mouvements altermondialistes accusent la Banque mondiale de répondre davantage aux exigences des multinationales qu'à celles des populations locales.

« Des crises de légitimité engendrent des projets de réforme, tant à l’ONU qu’au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale. Elles ont pour point commun une demande de transparence et de démocratie, d’une part, et une remise en cause des finalités et des modes d’intervention de ces organisations, d’autre part. » [10], [15]

Influence des États-Unis

Beaucoup considèrent la Banque mondiale comme étant sous l'influence politique des États-Unis (compte tenu de leur capacité de blocage lié à leur poids important dans l'actionnariat, lui-même résultat de leur poids dans l'économie mondiale). Joseph Stiglitz a reproché aux pays européens de se satisfaire de cette répartition et donc d'être responsables indirectement de la mauvaise période traversée par la Banque mondiale [16]. En 2010, une réforme de l'actionnariat a été mise en place afin de donner plus de poids et une meilleure représentativité aux pays en développement.

À partir de 1970 et l'élection de Salvador Allende à la présidence du Chili, la Banque mondiale, dirigée par Robert McNamara (ex-secrétaire à la Défense des États-Unis), refuse tout prêt à Santiago dans le cadre de la guerre économique menée par l’ administration Nixon [17].

Au début des années 1980, les États-Unis usent de leur influence pour bloquer les prêts de la Banque mondiale à la Grenade, alors dirigée par un gouvernement socialiste [17].

Affaire Wolfowitz

Article détaillé : Affaire Wolfowitz.

Hérault autoproclamé de la lutte anticorruption dans les pays en développement, Paul Wolfowitz a été impliqué dans une affaire de favoritisme au sein de la Banque mondiale concernant Shaha Riza, une collaboratrice avec qui il entretenait une liaison, et a dû démissionner en juin 2007, deux ans après sa nomination.

Nomination de Robert Zoellick

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie et ancien responsable de la Banque mondiale, estime que la nomination de Robert Zoellick « est dans la continuité de celle de Paul Wolfowitz, dont le mandat aurait été « une catastrophe » » [18]. Pascal Lamy souligne cependant « son talent d'artisan du consensus et sa capacité de tendre la main aux pays en développement » [19]. Zoellick est considéré comme plus terre à terre que son prédécesseur, conservateur mais pas néo-conservateur [19], et un fervent partisan de l'ouverture des marchés. Il demeure « la bête noire » des altermondialistes [20].

Partis pris idéologiques

Dans une interview donnée au Wall Street Journal en janvier 2018, le chef économiste du « Doing Business » (classement de la Banque mondiale du meilleur au plus mauvais pays pour y faire des affaires) Paul Romer reconnaît que l'organisme oriente ses études suivant des partis pris idéologiques. Paul Romer cite l’exemple du Chili qui aurait été défavorisé dans le classement car sa présidente Michelle Bachelet était socialiste. L'interview provoque une polémique qui le pousse à la démission [21].

Bilan environnemental souvent jugé « mitigé »

Un reproche fréquent est que de nombreux projets soutenus par la Banque ont plutôt soutenu de grandes multinationales que les besoins des populations locales, et que beaucoup de ces projets ont été à forte intensité carbone (basés sur les énergies fossiles) ou susceptibles de dégrader l’eau, l'air, les sols, la biodiversité, les écosystèmes et la santé des populations, sans garanties suffisantes d’évitement, de réduction ou de juste compensation des impacts négatifs de ses actions [2].

Ainsi après 10 ans de tergiversation juridique, en février 2019 la Cour suprême des Etats-Unis a jugé (décision décision 7–1 de la cour) que la Banque mondiale pouvait être poursuivie en justice pour dommages à l’environnement, réfutant une demande d'immunité de poursuites faite par la Banque. Cette jurisprudence a été saluée par divers groupes promouvant la justice sociale et/ou environnementale [2]. Selon Vijaya Ramachandran (qui a été employée par la Banque mondiale et qui est consultante auprès de l'IFC), plutôt que de se plaindre d'un éventuel risques de salves de poursuites, le Groupe de la Banque mondiale devrait accepter la responsabilité de ses erreurs quand il finance des projets qui sapent sa raison d’être, c’est à dire éliminer la pauvreté et à améliorer les conditions de vie dans plus de 170 pays [2].
L’origine de ce jugement est le financement par la Société financière internationale (IFC) l’une des branches du secteur privé de la société. BM d’un prêt de 450 millions de dollars qui a permis en 2008 à la « Coastal Gujarat Power" de démarrer une nouvelle centrale à charbon très polluante dans la ville indienne de Mundra. Outre que cette usine pollue l’air et les eaux souterraines au point que beaucoup de gens ont du déménager pour s’en éloigner, elle contribue au réchauffemnet climatique, et son système de refroidissement a réchauffé l’eau et un estuaire en tuant des poissons et dégradant des mangroves protégeant la côte contre la mer. Des milliers d’agriculteurs, habitants et pêcheurs ont été lésés par cette dégradation de leur environnement. Certains ont en 2011 décidé de porter plainte contre l'IFC au motif qu’elle n’a pas mis en œuvre les mesures de protection de l'environnement qu'elle avait imposées à la compagnie d'électricité pour éviter, réduire ou compenser les effets négatifs imprévus du projet [2].
Un arbitrage indépendant dédié aux litiges issus des financements de l'IFC, a été rendu par l' ombudsman conseiller en conformité (CAO [22]), dans un rapport de 2013, concluant d’une part que certains plaignants n'avaient pas été consultés ou pris en compte, et d’autre part que le impacts sur le milieu aquatiques avaient été sous-estimés ; et qu’en outre l'IFC n’avait pas ensuite correctement surveillé la compagnie d’électricité. l'IFC a publié un plan d’action, mais sans agir sur le fond. En 2017, alors qu’une plainte groupée était déposée devant la justice américaine avec l’aide de l’ONG EarthRights International (basée à Washington DC), le CAO s’est à nouveau inquiété de «la nécessité, non résolue, d'adopter une approche rapide, participative et expressément corrective pour évaluer et gérer les impacts du projet » [2].
l'IFC a alors cherché à se réfugier derrière le droit pour les organisations internationales basées aux États-Unis d’être protégées des poursuites pour « activité commerciale ». Mais cette immunité est limitée, et la Cour suprême a dans ce cas finalement renvoyé l’affaire devant les juridictions inférieures. Cette jurisprudence ouvre la possibilité d’autres poursuites contre l'IFC [2].

Vijaya Ramachandran témoigne dans la revue Nature que la BM a engagé des « efforts sincères et efficaces pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Ces organisations font un travail essentiel. Il est décourageant de penser qu'une partie de ces fonds pourrait devoir être affectée à des frais juridiques » mais elle se dit également frustrée par le refus de la BM d’endosser une responsabilité quand « les choses tournent mal ». Elle cite comme autre exemple de litige, traitée depuis 7 ans par le CAO, l'affaire Dinant Corporation. Ce groupe agroalimentaire du Honduras spécialisée dans l' huile de palme aurait selon les plaignants utilisé des forces de sécurité privées pour expulser de force des agriculteurs dans et autour de ses plantations ; ce que l’industriel nie [2].

Suggestions d'amélioration

Pour améliorer la situation, Vijaya Ramachandran fait dans la revue Nature en mars 2019 quatre suggestions [2] :

  1. l'IFC doit mieux consulter les acteurs touchés par ses projets, et donner au CAO un mandat qui ne soit plus simplement consultatif
  2. les litiges ne devraient pas simplement donner lieu à des rapports. Des ONG dont le Accountability Counsel de San Francisco (Californie) estiment que le Panel d’inspection de la Banque mondiale (mécanisme indépendant recevant les plaintes d’acteurs se jugeant lésés par les projets financés) devrait aussi avoir un rôle de suivi.
  3. un fonds spécial devrait pouvoir pour aider la partie lésée quand les projets échouent. Pour l’ancien avocat de la Banque mondiale, Vivek Maru, qui préside aussi Namati (ONG prônant l’autonomisation juridique), les grands organismes internationaux devraient financer un soutien juridique indépendant afin que les communautés touchées par leurs actes puissent faire valoir leurs droits.
  4. la BM et toutes les Agences de développement internationales doivent tirer des leçons de leurs erreurs, dont en investissant dans la collecte de données d’évaluation sociale et environnementale des projets financés, (à mutualiste et mettre à disposition dans une base de référence).

Enfin, tout plaignant reconnu victime doit recevoir une indemnisation dans les meilleurs délais (« après huit ans, l'IFC a peu agi pour aider les milliers de pêcheurs et d’agriculteurs qui ont perdu leur gagne-pain et n’a fait aucun autre commentaire à ce sujet »). Certains pourraient craindre que l'IFC aient alors plus d’aversion à financer le risque, ou quitte des projets où son capital est nécessaire, note Vijaya Ramachandran, mais son mandat exige qu’enne ne nuise pas à ceux qu’elle est censée servir [2].

Notes et références

  1. À propos, site officiel. Consulté le 9 novembre 2007.
  2. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Vijaya Ramachandran, « The World Bank must clean up its act », sur Nature,
  3. « Country snapshot », sur World bank country snapshot website, World Bank / IBRD (consulté le 5 novembre 2018)
  4. « List of official reports - World bank projects in China », sur www.projects.worldbank.org, World bank (consulté le 5 novembre 2018)
  5. Historique sur le site officiel.
  6. Pierre Beaudet et Paul Haslam, Enjeux et défis du développement international, University of Ottawa Press, ( ISBN  9782760321779, lire en ligne).
  7. Armelle Bohineust, « La Banque mondiale est-elle utile ? », Le Figaro,‎ , p. 17.
  8. À propos sur le site officiel.
  9. Joseph Mbandza, Pauvreté et modèles de croissance en Afrique subsaharienne: le cas du Congo-Brazzaville (1945-2000), Éditions Publibook, ( ISBN  9782748305302, lire en ligne).
  10. a et b La documentation française : Critiques des institutions financières internationales et propositions de réforme.
  11. http://www.banquemondiale.org/fr/about/leadership
  12. (en) Personnel de rédaction, « Guilty as charged », The Economist,‎ ( lire en ligne).
  13. « La Banque mondiale a un nouveau président », sur Libération,
  14. « Banque mondiale. Un proche de Donald Trump nommé à la présidence », sur Ouest-France,
  15. « Criticism of World Bank Global Strategy | Bible Discovered », sur www.biblediscovered.com (consulté le 18 juin 2015).
  16. « Ils ont préféré soutenir un système qui leur garantit la présidence du Fonds monétaire international, au lieu de modifier avec courage les critères de sélection », Article du Monde, mercredi 31 mai 2007.
  17. a et b Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 77
  18. . Il dénonce un choix protectionniste : « Robert Zoellick a défendu bec et ongles le protectionnisme agricole américain quand il était chargé des négociations commerciales… Comment, en tant que futur président de la Banque mondiale, demandera-t-il le démantèlement des aides à l'agriculture qui favorisent les pays développés aux dépens des pays pauvres ? » Article du Monde, mercredi 31 mai 2007.
  19. a et b Les Échos, 30-V-07 « Sur le plan politique, Robert Zoellick est classé dans l'aile traditionnelle du parti républicain, par opposition aux néo-conservateurs qui défendent le rôle central que doit jouer l'Amérique dans le monde et farouches partisans de la guerre en Irak et de la pacification du Moyen-Orient. Néanmoins, il avait signé dès 1998, au côté de néo-conservateurs éminents, de Donald Rumsfeld à Richard Perle en passant par William Kristol, une lettre au président Clinton demandant le « retrait du pouvoir de Saddam Hussein » ».
  20. Un néoconservateur chasse l'autre: Revue de Presse, Courrier International 30 mai 2007 qui mentionne « La Maison-Blanche n'a même pas essayé de sauver les apparences » et citant The Guardian : Ce « grand défenseur des intérêts économiques américains » a pu, dans un discours prononcé peu après le 11 septembre 2001, « lier libéralisme économique et lutte contre le terrorisme. », Robert Zoellick, The Guardian, 30 mai 2007 : Shortly after 9/11 he gave a speech in favour of open markets that linked free trade and fighting terrorism : « Let me be clear where I stand. Erecting new barriers and closing old borders will not help the impoverished… It will not aid the committed Indonesians I visited who are trying to build a functioning, tolerant democracy in the largest Muslim nation in the world. And it certainly will not placate terrorists. » Later, after the collapse of World Trade Organisation (WTO) talks during a meeting in Cancun, Zoellick wrote an article that lambasted the US's opponents: « The key division at Cancun was between the can-do and the won't-do. For over two years, the US has pushed to open markets globally, in our hemisphere, and with sub-regions or individual countries. As WTO members ponder the future, the US will not wait: we will move towards free trade with can-do countries. », Robert Zoellick, désigné par Bush pour remplacer Paul Wolfowitz, est-il vraiment un Neocon plus aimable et plus doux ? (Is Robert Zoellick, Bush's nominee to replace Paul Wolfowitz, a kinder, gentler neocon?), Salon.com, repris par Courrier International : « On essaye de nous faire avaler que Zoellick, qui a longtemps été l'homme du libre-échange de l'administration Bush, n'est pas un idéologue. Ce serait un négociateur pragmatique, le genre de personne qui peut élaborer de complexes accords commerciaux sans s'enliser dans des impératifs moraux… Or, Zoellick est l'un des signataires d'une lettre adressée en 1998 au président Clinton pour réclamer le « renversement de Saddam Hussein »… aux côtés de néoconservateurs éminents, tels Donald Rumsfeld, Richard Perle et… Paul Wolfowitz ». Deux ans plus tard, ajoute Salon, dans un texte publié dans Foreign Affairs, Zoellick affirmait qu'une « politique étrangère républicaine moderne part du principe qu'il existe toujours des forces malfaisantes dans le monde – ces gens qui haïssent les États-Unis et les idées qu'ils défendent. » »
  21. (en) « World Bank Economist Resigns After Disclosing Bank’s ‘Bias’ Against Chile’s Former Bachelet Govt », TeleSUR,‎ ( lire en ligne, consulté le 25 janvier 2018)
  22. CAO est l’acronyme de « Compliance Advisor Ombudsman »

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Critiques de la Banque mondiale