Église de Suède Information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le drapeau de l'église de Suède et le clocher de l'église de Smögen.
Le palais de l'archevêque de Suède, à Uppsala

L'Église suédoise (en suédois Svenska kyrkan) est une église luthérienne d' épiscopat historique valide. Elle est membre de la Fédération luthérienne mondiale. Elle s'est séparée de l' Église catholique romaine à l'époque de la Réforme, et est devenue, par décision du Riksdag (parlement) réuni à Västerås en 1527, une église d'État, dont le chef (élu) est l' archevêque d' Uppsala. Jusqu'au XIXe siècle, il a été interdit aux Suédois de quitter l'Église de Suède, même si de nombreuses dissidences, notamment piétistes, ont jalonné son histoire.

En 2000, l'Église de Suède a cessé d'être une église d'État. La grande majorité des Suédois restent cependant membres de l'Église suédoise : en 2018, 57,7 % des habitants de Suède sont membres de l'Église de Suède [1], un chiffre en diminution constante, qui n'inclut toutefois pas les sympathisants.

En 2013, c'est une femme, Antje Jackelén, qui a été élue au poste d'archevêque d'Uppsala [2].

Historique

Début du christianisme

La Suède, en raison de sa situation géographique dans l'Europe la plus septentrionale, a été christianisée tardivement. Les premières missions de moines irlandais aux VIe et VIIe siècles restent sans lendemain et il n’y a encore que quelques communautés chrétiennes en Suède au IXe siècle. Il faut attendre la proximité de l'an 1000, à peu près à la même époque que les autres pays nordiques, pour que le roi suédois Olof Skötkonung soit baptisé.

Les coutumes religieuses pré-chrétiennes survivent à cette conversion ; par exemple, l'important centre religieux païen connu sous le nom de Temple d'Uppsala à Gamla Uppsala était encore en usage à la fin du XIe siècle, et l’évangélisation des Samis de Laponie a été bien plus tardive.

L'église chrétienne de Scandinavie était à l'origine régie par l' archevêché de Brême. En 1104, un archevêque pour toute la Scandinavie a été installé à Lund. Uppsala est devenu l'archevêché de Suède en 1164, et l'est toujours aujourd'hui.

Réforme protestante

Peu après avoir pris le pouvoir en 1523, Gustave Ier Vasa s'adressa au Pape à Rome pour lui demander de confirmer Johannes Magnus comme archevêque de Suède, à la place de Gustav Trolle qui avait été officiellement déposé et exilé par le Riksdag, étant donné sa collaboration active avec l’ennemi danois et sa participation au «  bain de sang de Stockholm », en novembre 1520. Mais le pape Clément VII, le même qui s’aliénera Henri VIII d’Angleterre, exige que Trolle soit réintégré dans ses fonctions. Puisque l’Église catholique romaine soutient Christian II de Danemark, le roi Gustave la prive de tout pouvoir politique en Suède et lui confisque ses biens en 1527. En 1536, au synode d' Uppsala, l'Église de Suède devient officiellement luthérienne [3]. Après cette transition progressive vers le luthéranisme, la Suède restera attachée à son église nationale luthérienne, malgré l’arrivée au pouvoir de princes ayant d’autres convictions personnelles, soit catholiques, à savoir Jean III (1568-1592) puis Sigismond (1592-1604), soit calvinistes, à savoir Charles IX (1604-1611).

Le roi Gustave fait traduire la Bible en suédois par les réformateurs suédois, Laurentius Andreae et les frères Olaus et Laurentius Petri. Ce dernier devient le premier archevêque luthérien en Suède. Le Nouveau Testament a été traduit en suédois en 1526 et la Bible entière en 1541. Des traductions révisées ont été publiées en 1618 et 1703. De nouvelles traductions officielles ont été adoptées en 1917 et 2000. De nombreux hymnes ont été écrits par des réformateurs de l'église suédoise et plusieurs de ceux écrits par Martin Luther ont été traduits. Un hymne semi-officiel est apparu dans les années 1640. Des cantiques officiels de l'Église de Suède (en suédois : Den svenska psalmboken) ont été adoptés en 1695, et seront modifiés en 1819, 1937 et 1986.

Tout en adoptant une théologie complètement luthérienne, la Réforme suédoise conserve bon nombre de coutumes et de formes de l’Église catholique : crucifix, icônes et vêtements sacerdotaux « riches » alors que la plupart des Églises protestantes les abandonnent au profit de la robe professorale noire. Un certain nombre de jours de fêtes, consacrés à des saints populaires, se maintiennent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Piétisme

Le piétisme et l’ illuminisme se répandent en Suède sous le règne de Charles XII (1697-1718) dont les vingt années de règne sont presque exclusivement marquées par la Grande Guerre du Nord, catastrophique pour le pays et ses finances. Des inspirés prophétisent dès 1688, tel Lars Ullstadius à Aabo en 1688 ou Peter Schoefer en 1701. Au début du XVIIIe siècle, le piétisme a déjà des appuis à la faculté de théologie d’Upsalla [4]. En 1694, le roi Charles XI avait interdit de faire tort à l’unité de l’église nationale par le biais de mouvements dissidents. En 1706, Charles XII interdit les livres piétistes, notamment ceux de Spener (1635-1705) et ceux de Arndt (1555-1621).

Toutefois cette interdiction ne touche pas les officiers suédois prisonniers en Russie qui se réunissent librement pour prier tant qu’ils ne manquent pas le culte du dimanche. Aussi, à peine la première vague piétiste réprimée, le retour des prisonniers de guerre relance-t-il les expériences spirituelles nouvelles. Les ouvrages piétistes et théosophiques allemands connaissent une grande vogue et de nombreux groupes piétistes se forment. Tout ceci conduit le parlement à voter une loi contre les conventicules en 1726, qui encourage le culte familial mais pénalise fortement toute autre forme de réunion religieuse en dehors des églises. Mais la vogue du piétisme se poursuit. Le pasteur de l’amirauté Erik Tolstadius (1693-1759) en est l’un des chefs de file.

Dans ce milieu imprégné de mystique apparaît Emanuel Swedenborg qui, sans totalement renier le luthéranisme, devient un philosophe et un théosophe extrêmement célèbre, après avoir été un inventeur et un savant. Les idées mystiques et théosophiques touchent jusqu’au roi de Suède Gustave IV (roi de 1792 à 1809), et son successeur Charles XIII (roi de 1809 à 1818) qui se lance quant à lui dans la franc-maçonnerie.

Le XIXe siècle

En 1818, un général français pétri des idées de la Révolution, Jean-Baptiste Bernadotte arrive au pouvoir sous le nom de Charles XIV de Suède. Il sait se faire bon luthérien et calmer la situation religieuse, établissant de bons rapports tant avec l’église officielle qu’avec les groupes dissidents [5]. Au début du XIXe siècle, le piétisme a pris la forme de petits groupes de lecture de la Bible, les laesares, que l’Eglise officielle laisse faire sans exiger l’application à leur encontre de la loi de 1726, mais à partir de 1842, un mouvement plus visible, les « crieurs » (ropares) est lancé par un paysan du nom d’Erik Jansen. Il s’agit d’appeler à la repentance et de proclamer l’imminence du jugement dernier. La répression reste mesurée, d’autant plus qu’un certain nombre de ces crieurs sont des enfants, et, que, en fin de compte, les autorités relèvent que le mouvement a un bonne influence dans la société, où il combat notamment avec efficacité l’alcoolisme [6], [7]. En outre, influence des moraves et des méthodistes s’accentue au cours du XIXe siècle et favorise l’émergence d’un Réveil, dont le leader sera Carl Olof Rosenius (1816-1868), alors même que certains anciens dissidents choisissaient souvent l’émigration vers l’Amérique pour pouvoir vivre leur foi librement. Le mouvement piétiste-évangélique se maintient donc toujours au moment où la Suède retrouve des libertés religieuses dans le dernier quart du XIXe siècle.

XXe et XXIe siècles

Au cours des XXe et XXIe siècles, divers enseignements ont été officiellement approuvés, la plupart orientés vers l'œcuménisme :

  • 1878 : développement du catéchisme
  • le Credo d'Uppsala de 1909, qui prépare à la communion eucharistique avec l'Église d'Angleterre
  • les constitutions du Conseil œcuménique des Églises (COE)
  • les statuts de la Fédération luthérienne mondiale (FLM)
  • réponse officielle de l'Église de Suède au "document de Lima"
  • lettre du Conseil des évêques sur les questions théologiques importantes
  • traité de communion de 1995 avec l'Église indépendante des Philippines

La mise à jour du recueil de cantiques officiel de 1986 est œcuménique et combine des hymnes traditionnels avec des chants d'autres confessions chrétiennes, notamment adventiste du septième jour, baptiste, catholique, alliance missionnaire, méthodiste, pentecôtiste et armée du salut.

Dans la pratique, les confessions de foi luthériennes jouent un rôle mineur, et, tout en s'appuyant sur la tradition luthérienne, les paroisses font coexister le luthéranisme avec les influences d'autres confessions et mouvements chrétiens tels que la Basse Église, la Haute Église, le Piétisme ("Vieille Église"), qui peuvent être fortement implantés localement, mais qui ont peu d'influence à l'échelle nationale.

Au cours du XXe siècle, l'Église de Suède s'est fortement orientée vers le christianisme libéral et les droits de l'homme. En 1957, l'assemblée de l'église a rejeté une proposition d'ordination des femmes, mais le Riksdag a ensuite modifié la loi au printemps 1958 et a forcé l'assemblée de l'église à accepter la nouvelle loi à l'automne 1958. Depuis 1960, des femmes sont consacrées pasteur et, depuis 1994, les hommes qui s'opposeraient à la collaboration avec des femmes pasteures ne sont eux-mêmes pas admis au pastorat. Une proposition visant à célébrer des mariages homosexuels a été approuvée le 22 octobre 2009 par 176 des 249 membres votants du synode de l'Église de Suède [8].

En 2000, l'Église de Suède a cessé d'être une église d'État, mais il subsiste une forte tradition de lien communautaire avec les églises, notamment en ce qui concerne les rites de passage, avec de nombreux enfants baptisés et des adolescents confirmés (actuellement 40 % de tous les jeunes de 14 ans [9]) pour les familles sans appartenance officielle à une église.

Depuis le 15 octobre 2013, c'est, pour la première fois, une femme, Antje Jackelén, qui est l'archevêque de l'Église de Suède [2].

Église de Suède
Année Population de la Suède Membres de l'Église de Suède Pourcentage
1972 8 146 000 7 754 784 95,2 %
1980 8 278 000 7 690 636 92,9 %
1990 8 573 000 7 630 350 89,0 %
2000 8 880 000 7 360 825 82,9 %
2005 9 048 000 6 967 498 77,0 %
2010 9 415 570 6 589 769 70,0 %
2011 9 482 855 6 519 889 68,8 %
2012 9 555 893 6 446 729 67,5 %
2013 9 644 864 6 357 508 65,9 %
2014 9 747 355 6 292 264 64,6 %
2015 9 850 452 6 225 091 63,2 %
2016 9 982 918 6 109 546 61,2 %
2017 10 120 242 5 993 368 59,3 %
2018 10 230 185 5 899 242 57,7 %

Structure

Carte des diocèses de l'Église de Suède.

L'Église de Suède compte un archidiocèse et treize diocèses.

Blason Nom Siège Cathédrale Évêques
Uppsala stift vapen.svg Archidiocèse d'Uppsala Uppsala Cathédrale d'Uppsala Liste des archevêques d'Uppsala
Göteborg stift vapen.svg Diocèse de Göteborg Göteborg Cathédrale de Göteborg Liste des évêques de Göteborg
Härnösand stift vapen.svg Diocèse de Härnösand Härnösand Cathédrale de Härnösand Liste des évêques de Härnösand
Karlstad stift vapen.svg Diocèse de Karlstad Karlstad Cathédrale de Karlstad Liste des évêques de Karlstad
Linköping stift vapen.svg Diocèse de Linköping Linköping Cathédrale de Linköping Liste des évêques de Linköping
Luleå stift vapen.svg Diocèse de Luleå Luleå Cathédrale de Luleå Liste des évêques de Luleå
Lund stift vapen.svg Diocèse de Lund Lund Cathédrale de Lund Liste des évêques de Lund
Skara stift vapen.svg Diocèse de Skara Skara Cathédrale de Skara Liste des évêques de Skara
Stockholm stift vapen.svg Diocèse de Stockholm Stockholm Storkyrkan Liste des évêques de Stockholm
Strängnäs stift vapen.svg Diocèse de Strängnäs Strängnäs Cathédrale de Strängnäs Liste des évêques de Strängnäs
Västerås stift vapen.svg Diocèse de Västerås Västerås Cathédrale de Västerås Liste des évêques de Västerås
Växjö stift vapen.svg Diocèse de Växjö Växjö Cathédrale de Växjö Liste des évêques de Växjö
Visby stift vapen.svg Diocèse de Visby Visby Cathédrale de Visby Liste des évêques de Visby

Plusieurs diocèses ont disparu :

Références

  1. (sv) Svenska kyrkan i siffror
  2. a et b Ambassade de Suède. http://www.swedenabroad.com/fr-FR/Embassies/Paris/Actualites--evenements/Actualites/Antje-Jackelen-elue-archeveque-de-Suede-sys/
  3. Jean-Michel Sallmann, Nouvelle histoire des relations internationales, vol. 1 : Géopolitique du XVIe siècle, 1490-1618, Paris, Éditions du Seuil, coll. «  Points » ( no H318), , 410  p., 18 cm ( ISBN  2-02-037497-8, notice BnF no  FRBNF38962086), p. 262.
  4. Linck 2013, p. 90-91.
  5. Léonard 1964, p. 195.
  6. Léonard 1964, p. 212-213.
  7. Léonard 1964, p. 296-297.
  8. (en) « Church of Sweden says yes to gay marriage », sur The Local: Sweden's News in English, (consulté le 14 mai 2020)
  9. (en) « Confirmation in the Church of Sweden », sur le site de l’Église de Suède (consulté le 14 mai 2020)

Sources

  • Patrick-dominique Linck, Histoire religieuse de la Suède (1520-1930)-, Editions du Cerf, ( ISBN  9782204123839)
  • Histoire générale du protestantisme, Paris, PUF, 1961-1964 ; rééd. coll. « Quadrige », 1988 :
    • T. 1 : La Réformation, (1961)
    • T. 2 : L'Établissement (1564-1700), 1961
    • T. 3 : Déclin et renouveau : XVIIIe –  XXe siècle, 1964 (posthume)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes